Vous êtes sur le site officiel du Portail du Livre créé en 1997, en France, par A.Elorn. Confidentialité.




Désordre et soumission

"Elle vient me défier. C’est frustrant un défi non consommé, un duel avorté. Pourtant là, il y a matière à un vrai duel. L’appel au combat est alléchant. Une délicieuse invitation à casser de l’altruisme de luxe, ça ne se refuse pas."

Désordre et soumission: la vidéo.





Dédicace personnalisée



Pour obtenir une dédicace personnalisée sous forme d'un marque-page, contactez A.J. Elorn par mail à dedicace@portaildulivre.com en indiquant le contenu de la dédicace que vous souhaitez et le numéro de référence de votre commande Amazon.
Les dédicaces sont réservées aux commandes du livre imprimé.





Désordre et soumission

Le roman est paru en version e-book et en version imprimée sur les sites :


FR: France


US: USA










A propos

Clarisse, jeune révoltée, s’adonne aux addictions et aux duels des jeux en ligne. Son destin croise celui d’une femme élégante qui la guidera sur un chemin initiatique à travers un duel explosif.


Extraits :

"Elle vient me défier. C’est frustrant un défi non consommé, un duel avorté. Pourtant là, il y a matière à un vrai duel. L’appel au combat est alléchant. Une délicieuse invitation à casser de l’altruisme de luxe, ça ne se refuse pas."

"J’étais fière d’avoir enfin une adversité à la hauteur de mes talents, le lourd, le vrai, le solide, dont j’avais si souvent rêvé, quelque chose qui donne autant d’adrénaline et de frissons que la League".

"Je cherchais des repères. Quand on a l’occasion de fouiller l’environnement de l’adversaire, en bon duelliste, on cherche des repères, ceux qui permettront de fignoler l’angle d’attaque, ceux qui permettront de réduire l’ennemi à néant."

"D’accord, j’étais sa proie. Mais toute proie que j’étais, j’avais droit à un peu de respect, non ? J’étais sa proie, mais elle était mon terrain de chasse et je ne supportais pas que mon terrain de chasse fût piétiné par d’autres coucous. Elle m’appartenait autant que je lui appartenais."

"Je suis victime du syndrome de Stockholm. Je m’attache à mon bourreau comme les otages s’attachent à leurs ravisseurs. Mes sentiments confus sont partagés entre une grande détestation pour sa personne et une inexplicable gratitude pour l’adversité qu’elle m’oppose. Comme si cet impitoyable affrontement avait été attendu depuis une éternité." 



AUTRES PUBLICATIONS