Français
Classe Académie










Les mots du langage et de l'écriture





LES MOTS EN PAROLE

    Par la parole, on peut:

Interpeller quelqu'un; discuter; demander; répondre; répliquer; affirmer; confirmer; ponctuercommenter; soutenir; suggérer; supposer; solliciter; raisonner; induire; déduire; conclure; scander; remercier; dissuader; tergiverser; surenchérir; prétexter ; critiquerpester ; chicanersommer; sermonner; chicaner; déconsidérer (quelqu'un); prodiguer (des conseils); menacer; intimider; insulter; mépriser; discréditer; dénaturer (les propos de quelqu'un); marmonner; se plaindre; se lamenter; revendiquer; protester.

     On parle également de :

Langage sucré (mielleux); chicane (querelle de mauvaise foi); idée préconçue; ton perçant (aigu).




LES MOTS DE L'ECRITURE

    Les oeuvres de la plume s'accordent avec:

Un opuscule (petit livre); une trilogie (série de trois oeuvres au sujet relié); une tétralogie (série de quatre oeuvres littéraires ou musicales); une éphéméride (livre qui contient les événements accomplis dans un même jour à différentes époques).




LES MAUX  DU LANGAGE

    Pour déjouer les pièges orthographiques, on écrit:

Déjeuner et non déjeûner (pas d'accent circonflexe sur le "u"); Un pontife (avec un "e" final s'agissant du pape) ; un puits (toujours avec un "s" final); railler (n'a pas d'accent sur le "a"); un remous (a toujours un "s" final); vraisemblable prend un seul "s"; volontiers a toujours un "s" final.




LES MOTS AUTHENTIQUES

     Tirés des oeuvres littéraires:
   
Avoir de l'abattage (avoir du dynamisme); une pierre d'achoppement (un cause de difficulté); bannir la peur (la repousser); monter une cabale (manoeuvre occulte, intrigue); toutes choses cessantes (avant toute chose); une existence chétive (effacée, pauvre, modeste); un esprit de clocher (un esprit étroit).




UN MOT D'HISTOIRE

    Nos ancêtres les Gaulois... ne savaient pas écrire.

"Ce peuple gaulois, si actif, si ingénieux, si plein de vie, quelles sont ses croyances? D'emblée, pour les découvrir, une difficulté de taille: les Gaulois n'écrivent pas. Faut-il retenir la double explication de César? Le conquérant affirme que l'aristocratie gauloise -les druides au premier chef- craignait, en écrivant, que sa "science" ne se répandit dans les classes inférieures. D'où la nécessité d'un enseignement de bouche à oreille. Seconde explication césarienne: en obligeant leurs disciples à apprendre d'interminables poèmes, formules, litanies, les druides entendaient former leur mémoire."

Extrait de l'Histoire de France d'Alain Decaux et André Castelot.




UN MOT DE LITTERATURE

A méditer:

"Jamais vous ne serez dignes du bonheur tant que vous aurez quelque chose à vous, et que votre haine des bourgeois viendra uniquement de votre besoin enragé d'être des bourgeois à leur place".

Extrait de Germinal. Emile Zola.