Français
Classe Académie










Les mots du langage et de l'écriture (3)

(08/07/19)



LES MOTS QUI EXPRIMENT

    La joie:

Etre: euphorique; excité; exalté; exubérant; jovial; fantaisiste; folâtre; frénétique; subjugué; effervescent; embrasé; enflammé; fébrile; enhardi; éperdu; envoûté; extasié; fasciné; illuminé; idéaliste; intempérant; sublimé; transfiguré; galvanisé.

     L'effroi:

Etre: hagard; figé; hérissé; impressionné; interdit; interloqué; perturbé; décontenancé; médusé; éberlué; intrigué; pétrifié; horrifié; sidéré; stupéfié; terrifié; terrorisé; effaré; épouvanté; tétanisé; tourmenté; impressionné; prostré.

     La courtoisie:

Etre: aimable; serviable; prévenant; complaisant; réconfortant; indulgent; galant.

     L'impertinence:

Etre: effronté; désinvolte; frivole; immoral.

     L'exaspération:

Etre: excédé; féroce; fougueux; harassé; harcelé; hargneux; forcené; massacrant (dans l'humeur).

     L'affliction:

Etre: effondré; éploré; éprouvé; triste; affligé; peiné; larmoyant; passif; fantomatique; morbide; mélancolique; lugubre; funèbre; macabre; désespéré.

     Le mépris:

Etre: hautain; vaniteux; méprisant; insolent; insultant; méprisable; offensif; m'as-tu-vu; prétentieux.

     La sévérité ou l'impassibilité:

Etre: rigide; rigoureux; dur; endurci; intransigeant; impitoyable; implacable; inflexible; inébranlable; insensible; déterminé; hardi; résolu; formel; rigide; blindé; infaillible; impassible; inexorable; entêté; opiniâtre; réticent; obstiné.

     L'hypocrisie:

Etre: mesquin; mielleux; perfide; cancanier; malfaisant; compassé; guindé; affecté.

     La loquacité:

Etre: bavard, volubile, loquace.

     La méticulosité:

Etre: maniaque; méticuleux; minutieux; pointilleux; scrupuleux; sourcilleux; laborieux; persévérant; ponctuel, réservé, discret

     La distraction:

Etre: étourdi; égaré; troublé; hébété; halluciné; hypnotisé; méditatif; pensif; prostré; lunatique; écervelé.

     La maladresse:

Etre: embarrassé; gêné; importuné; penaud; gauche.

     La prestance:

Etre: mystérieux; impénétrable; imperceptible; imperméable; imperturbable; ténébreux; inattaquable; serein; insaisissable; énigmatique; héroïque; laconique; perspicace.

   







LES MOTS DE L'ECRITURE

    Les mots de la plume sont desservis par:

L'écrivaillon, le scribouilleur, le grimaud (mauvais écrivain); l'écrivassier (personne qui écrit beaucoup et mal); le rimailleur (qui écrit de mauvais vers); le rimeur (poète sans inspiration); le rhéteur (péjoratif: orateur emphatique).

     Lesquels s'adonnent :

Au pastiche ou plagiat (la copie); au sabir (langage incompréhensible); à l'académisme (imitation sans originalité de modèles conventionnels); à l'amphigouri (écrit ou discours inintelligible); au barbarisme (emploi de mots inexistants); au coq-à-l'âne (propos sans suite); à la phraséologie (assemblage de mots vide de sens); à la verbosité (superfluité de paroles); à l'argument éculé (banal à force d'être commun); à la logomachie (assemblage de mots creux dans un discours); au gongorisme (recherche d'un style affecté); au salmigondis (discours ou écrit disparate); à la phrase alambiquée; à la redondance (paroles ou écrits superflus).





LES MAUX  DU LANGAGE

    Pour déjouer les pièges orthographiques et grammaticaux, on écrit:

Hourivari (vacarme, tapage); influer sur; préluder à; quêter à (et non quêter quelque chose.Verbe intransitif); récriminer ou regimber contre (intransitif); le tréfonds d'une affaire (avec un "s" au bout); pleuvoir à verse (sans "s" au bout).




CONNAITRE POUR COMPRENDRE

     Tirés des oeuvres littéraires:
   
Une bobèche (partie supérieure d'un chandelier); borborygme (gazouillis du ventre); la camelle (tas de sel extrait des marais salants); charisme (prestige d'une personne exceptionnelle); cocardier (qui aime l'uniforme, l'armée); un cul-terreux (paysan); dégoutter (couler goutte à goutte); emperler (couvrir de gouttelettes); engeance (groupe de personnes méprisables); la faisselle (récipient pour égoutter le fromage); un fesse-mathieu (un avare); une ganache (personne peu intelligente, incapable); le guignon (la malchance); une marie-salope (chaland destiné à draguer la vase); un panard (cheval boiteux); un sobriquet (un surnom).




UN MOT D'HISTOIRE

    L'imprimerie... et la damnation de Fust.

"L'An 1463, un banquier de Mayenne, nommé Jean Fust, arriva à Paris. Dans ses bagages, il apportait une bible. Apparemment, il n'y avait rien là que de banal. Les bibles manuscrites abondaient en France. Seulement la bible de Jean Fust n'était pas manuscrite. Elle était imprimée. Jean Fust n'était autre que le commanditaire d'un certain Gutenberg. Son voyage à Paris prenait un sens précis: il venait pour tâcher d'introduire l'imprimerie en France. Alors, les libraires de Paris s'émurent. Cet étranger allait-il leur ôter le pain de la bouche? Depuis des générations, souvent de père en fils, ils avaient appris l'art de copier. Qu'allait-il advenir si cet étranger imposait une invention à leurs yeux diabolique? L'accueil réservé à Fust fut tel qu'il dut prendre la fuite. Sa hâte prouve qu'il croyait sa vie en danger. Le premier épisode de l'histoire de l'imprimerie française ne fut donc pas à la gloire de notre pays."

Extrait de l'Histoire de France d'Alain Decaux et André Castelot.






UN MOT DE LITTERATURE

     Pensée furtive

"Nous ne pensons jamais que ce que nous pensons nous cache ce que nous sommes"

Paul Valéry. Extrait de Monsieur Teste.