8e TROPHEES PME BOUGEONS-NOUS








ON Y ETAIT

    C'est sur invitation de Jean-jacques Bourdin, que nous avons caressé la capitale pour les 8e trophées PME BOUGEONS-NOUS, une cérémonie fort bien organisée et qui vaut le détour. Les trophées PME ont pour but de promouvoir les entreprises novatrices, tout en séduisant les investisseurs et, dans ce temple de l'entreprenariat, nous n'avons pu nous retenir d'immortaliser une levée de fonds en bonne et due forme.






    Dans cette magnifique salle Wagram, bariolée de couleurs chatoyantes, chaudes, mise à disposition pour l'occasion, nous étions bel et bien là et on a pu noter, parmi le public, la présence appuyée de notre délégation du Portail du Livre.





    Les organisateurs ont su ériger en un moment captivant, un événement qui aurait pu s'annoncer rébarbatif. Nous avons eu plaisir à découvrir les lauréats primés et plus particulièrement l'entreprise Chamberlan pour la confection de chaussures à talon sur mesure (grâce à une reconstitution en 3D des pieds de la cliente)




    Les Trophées récompensaient l'entreprise bienveillante, l'entreprise environnementale, l'entreprise créative, l'entreprise jeune pousse, l'entreprise artisanale, l'entreprise à l'export. On retrouvera l'intégralité des heureux élus sur le site de RMC-BFMTV. Une mention spéciale a été accordée à l'entreprise Moulinot qui recycle les déchets alimentaires grâce aux vers... de chez Moulinot.
Nous avons regretté de ne pas en connaître plus sur l'entreprise Sofrinnov qui conçoit des ossatures de mur en bois à partir de palettes recyclées







    On a eu une pensée émue pour Jean-jacques Bourdin qui à 8 heures du soir parvient encore à accorder des selfies et à serrer des mains stoïquement sachant qu'à 6 H du matin il démarre son émission Bourdin direct sur RMC et BFM. On a eu une pensée amusée pour Anthony Morel qui décidément ne peut se passer de sex-toys.









Et on a eu une pensée toute particulière pour Matthieu Bélliard qui, malgré une journée marathonienne, a eu la disponibilité et la sympathie de nous toucher... deux mots.