ARCHIVES



Glaçant: Le journal d'une infirmière psy


« Ce n’est rien face à la presque demi année que nous venons de subir avec mes collègues. Cinq mois pendant lesquels nous avons peu à peu perdu le fil de notre travail, le sens de nos soins. Cinq mois pendant lesquels on faisait au mieux pour aider des personnes dont les troubles ne nous renvoyaient que notre impuissance. Qu’il s’agisse d’une erreur d’adressage (faute de mieux on va le poser là!), d’un manque de place dans les services adaptés (fermons cette aile les amis, de toute façon ça fonctionnera!) de symptômes qui finalement ne seront que de l’ordre du caractère inadapté. Cinq mois pendant lesquels on a vu notre charge de travail se majorer, s’alourdir, se compliquer ? Dans ce tas de nœuds, il y a bien sûr notre propre rôle celui sur prescription indiquée alors par le médecin. Mais il faut ajouter les tâches administratives (cette préposée aux hospitalisations qui appelle « parce que ce serait bien de sortir M. Biduletrucmuche de l’ordinateur » alors que toi-même tu es en train d’essayer de gérer une crise et d’esquiver le caca), le manque de matériel, les locaux inadaptés, le manque de formation… bref un joli Gloubiboulga ! »

Le Journal qui Déblock se penche sur le quotidien d’une infirmière psy et de son équipe. Glaçant. On mesure l'extrême souffrance d'un monde médical dénué de moyens et victime de directives frisant l'absurdité. Le blog a recueilli l'intérêt de la revue Prescrire.





A rire et à pleurer


(..)Fourrez un nombre suffisant de vieux croûtons dans un espace restreint et ils institueront vite une hiérarchie médicale. La quantité comptait, mais la qualité pas moins. Le parkinson, qui battait les maladies de coeur, était à son tour battu par l’ostéoporose. Le cancer battait tout le reste, mais seulement si le patient pouvait le vaincre. Donnez des signes que vous allez perdre la bataille et les gens ne savait plus quoi faire de vous. Quant à la démence, elle portait la poisse, elle était hors compétition. Personne ne voulait en parler (..)

A la maison de retraite des Chênes Verts, il est interdit de posséder une montre. Les familles ne sont pas autorisées à apporter de la nourriture et il est fortement conseillé de baisser les yeux lorsque  les aides-soignantes arrivent pour l’inspection des dortoirs. On ne rigole pas avec le  règlement et encore moins avec la direction.

Dans la grande tradition de l’humour noir anglais, à travers  le livre Défense de nourrir les vieux Adam Biles met en scène ses personnages dans des situations aussi drolatiques que dramatiques. Voilà un sujet dans l’air du temps que ce gérontocide larvé ayant bien des points communs avec l’actualité au-delà les frontières anglo-saxonnes.




Les gilets jaunes du Suisse Jean-Jacques Rousseau

Voilà un ouvrage criant d’actualité, bien qu’il ait été publié en 2012 et qu'il faut utiliser une application "à remonter le temps" pour entrer dans cette actualité. Son auteur, Guillaume Chenevière, nous apprend en premier lieu que les Suisses peuvent se rebeller (Eh oui !). Contre des oligarques préférant les affaires, tandis que le peuple revendique sa souveraineté. Nous sommes au XVIIIe siècle à Genève, ville natale de Jean-Jacques Rousseau lequel influencera une révolution en Suisse en 1792.
Le livre, intitulé Rousseau, une histoire genevoise est émaillé de nombreuses références historiques et d’anecdotes qui aident à une meilleure compréhension de la pensée de JJ Rousseau, un auteur dont on ne connaît que la facette française. Et dresse un parallèle entre  la déclaration genevoise des droits et devoirs de l’homme social et le célèbre Contrat social.

A l’heure où bien des remous traversent les démocraties, on découvrira dans le livre de Guillaume Chenevière ces extraits d’une actualité pregnante :
« L’histoire du XVIIIe genevois illustre d’autre part le fait que les questions du suffrage universel et de la souveraineté populaire ne sont pas reliées, que nous avons tort de confondre la participation du peuple au processus électoral avec l’exercice de la souveraineté, qui signifie un réel contrôle de l’action du gouvernement. C’est l’absence de ce contrôle qui développe à travers le monde le sentiment que le système politique abandonne les citoyens, que le lien se délite, et que la démocratie représentative ne reflète pas l’intérêt général. »

« Rousseau est sans doute le penseur qui a le mieux exprimé les valeurs de la classe moyenne, jusque dans leurs contradictions. Notre époque ne privilégie pas sans risques l’éthique individuelle au détriment de l’éthique communautaire, qui peut se confondre avec l’éthique religieuse. La deuxième partie du Contrat Social mérite d’être relue dans la perspective de la montée du populisme et de l’inquiétude grandissante face à l’islam. »

Homme de théâtre et journaliste Guillaume Chenevière a monté de nombreuses pièces à Genève, dont une sur Jean-Jacques Rousseau. Il a été Directeur de la Télévision suisse romande de 1992 à 2001.






Le Docteur DUF nous croque


Le Docteur Duf aurait-il raté sa vocation ? Passionné de BD depuis sa plus tendre enfance avec de nombreuses publications dans diverses revues dès l’âge de 13 ans, on ne s’étonnera pas que la soutenance de thèse de cet authentique médecin bourguignon ait été orientée sur L’image du médecin dans la BD Franco-belge (avec prix et félicitations du jury).
L’auteur a consacré cinq albums au personnage d’Eugène Héralist, médecin de famille, dont le dernier en date Dites 33 nous a bien divertis.

« Allô ? Docteur ? C’est encore Madame Duglontier ! Faut que je vous dise : depuis qu’on m’a enlevé les animales, ça va pus ! Mon rebouteux est en vacances, alors je viens vers vous ! Faut m’envoyer à l’hôpital de la Pitié-Saleté-Prière ! »

Sur le site de l’auteur, on trouvera de nombreux dessins, une bio/biblio, et une boutique en ligne où on pourra s’offrir et offrir des BD à des tarifs très abordables








Chasse vampirique


« Vous aimez le surnaturel, les créatures de la nuit...et les vérités cachées...Lilia Forever, le roman est fait pour vous ! Biographie fictionnelle ou réalité ? A vous de le découvrir. Entre ténèbres et Lumière, le parcours initiatique d’une vie hors du commun. Celle d’un être émotionnel qui tente de conserver l’équilibre et côtoie la passion parfois destructrice dans sa recherche de douceur et d’attention ! L’harmonie à la croisée des chemins de vie. Celui d’Amvrossi Livius Laromir entremêlé à celui de Lilia Pecsy de Barayan. Une histoire presque intemporelle, insondable et pourtant si présente que l’on pourrait la toucher du doigt...»

C’est dit. « Lilia forever » est le premier tome des « mémoires d’un chasseur », le second s’intitulant « Vie intérieure ». L’action se situe entre vampirisme et faits historiques. Sur le site de Christian Crossman, on trouvera une présentation de ses livres et des citations.
Mais c’est surtout dans les salons du livre que la rencontre avec l’auteur interpelle.... à bon escient.







Passion Mangas


Le site d’une passionnée de Manga, on le sent. Dans la rubrique Génèse d’un Manga Caro-Lyn explique la conception d’un manga avec force illustrations, croquis initiaux et explications :
Le scénario à peu près ficelé, il a fallu passer au story-board, autrement dit au découpage des cases, le premier brouillon. Quand vous lisez un manga de magie, toutes les cases vous semblent logiques, parfois vous avez tendance à critiquer la représentation d’un pouvoir. « Oh, ça aurait pu être plus clair! » En fait, j’ai appris à mes dépens, qu’il vaut mieux se taire !!! Dessiner la magie c’est très technique !  Il s’agit de représenter quelque chose qui n’existe pas et en plus, il faut que tout le monde comprenne ce que c’est !!! 

Gâto, son premier ouvrage, s’adresse plus particulièrement aux enfants. Ont suivi Romiette et Juléo (2013), Pour quelques diamants de plus (2014), master H  (2015) et FAF, Police Criminelle (2016) pour un public adolescent et adulte.