GENERALITES

    Cette rubrique indique de manière simplifiée quel est le statut social et fiscal des écrivains en fonction de leur mode de publication.

     Au fil des ans, des siècles, s'est installée une publication à deux vitesses que l'on peut schématiser de la sorte : la publication à compte d'auteur et la publication à compte d'éditeur. Les écrivains qui paient pour être édités et les écrivains qui sont payés pour être édités.

     Le rêve de tout écrivain est d'être édité à compte d'éditeur, si possible par une importante maison d'édition. Et pour cause : le rêve de tout écrivain est d'avoir un éditeur qui lui garantisse une diffusion importante et une bonne couverture médiatique. Les maisons d'édition traditionnelles, du fait de leur expérience, sont les mieux placées pour honorer ce type de contrat.

     N'importe qui peut s'improviser écrivain. Mais les éditeurs n'acceptent pas n'importe quoi. Car le rêve de tout éditeur est de mettre la main sur un best-seller. L'aspect économique occupe une place prépondérante dans le métier d'éditeur. L'éditeur a des exigences, des exigences qui répondent à des impératifs économiques.

     Au fil des ans ces exigences sont devenues à ce point draconiennes que les éditeurs ont fini par laisser filer des œuvres qui pourtant seraient susceptibles d'être connues, et même de connaître un grand succès.

     De l'insatisfaction des auteurs rejetés, ou des négligences des éditeurs obsédés par l'aspect commercial de leur métier, est née l'édition à compte d'auteur. L'édition à compte d'auteur n'est pas née d'hier. D'illustres écrivains (dont Proust) ont débuté leur carrière ainsi, par le passé.

     L'édition à compte d'auteur consiste à s'adresser à un intermédiaire, auto-proclamé éditeur qui, moyennant subsides, livrera à son "client" un livre en bonne et due forme, à charge pour ce dernier de le diffuser. Cet éditeur n'est pas un éditeur au sens légal du terme (tel que défini par le code de la Propriété Intellectuelle) mais un loueur d'ouvrage et l'auteur est avant tout un client

     L'édition à compte d'auteur ne doit pas être confondue avec l'auto-édition.  Certes, l'auteur paie pour être édité, mais il est son propre éditeur, c'est-à-dire qu'il prend en charge la conception, la fabrication, la diffusion de son livre (avec gestion de toute la paperasserie administrative).

     Qu'il soit édité à compte d'éditeur, à compte d'auteur ou auto-édité, l'auteur y trouvera autant d'avantages que d'inconvénients.